FIFF 

Chronique / Reportage / Interview : Laurie Macé et Photographe : Quentin Spitaels

Du 30/09 au 07/10, le Festival International du Film Francophone de Namur (FIFF) a fêté le cinéma francophone en diffusant plus de 120 films issus des quatre coins de la Francophonie, en mettant à l'honneur, cette année, le thème de la filiation. Des longs et courts métrages ont ainsi été présentés au public et jugés par un jury.

Image
20221005_141830-01-1024x768.jpg
Quentin Spitaels

Des projections avaient lieu au Cinéma Caméo. J'y ai assisté à la soirée d'ouverture, en présence des réalisateurs et acteurs qui ont amené un brin d'humour à cette cérémonie. Celle-ci a débuté avec une salle remplie pour découvrir le court-métrage « La débandade », de Fanny Dussart. Durant une quinzaine de minutes, la salle rigole devant ces scènes relatant le vécu d'hommes dont la sexualité déraille. Sous une apparence humoristique, la réalisatrice soulève un questionnement plus profond sur la pression sociétale quant à la performance et la représentation de la virilité, notamment dans un monde où le féminin s'affirme.

Suivait le long-métrage « L'innocent », de Louis Garrel. Les spectateurs ont suivi le parcours d'Abel après qu'il ait appris le mariage de sa mère avec un prisonnier.  Un dévouement touchant pour la protéger va l'amener vers de nouvelles perspectives, surprenant le public dans un registre mêlant scènes dramatiques et éclats de rire.

Des projections se déroulaient également au Delta. J'ai eu la chance d'y apprécier quelques jours plus tard le documentaire « Sœurs de combat » en présence de son réalisateur, Henri de Gerlache. Un voyage à travers le monde pour capter et interroger des combats en faveur du climat, menés par une jeunesse féminine. Cet engagement est croisé avec celui de Julia Butterfly. On découvre cette militante qui a vécu 738 jours en haut d'un séquoia il y a 20 ans, avec l'objectif de sauver de l'abattage une forêt millénaire. En interview à la fin de la séance, le réalisateur nous a confié que ce documentaire inspirant, programmé en octobre dans certaines salles belges, sera diffusé à la télévision dans le courant du mois de novembre.

Pour cette 37ème année, des nouveautés.

Image
Fiff-2022-11.jpg
Quentin Spitaels

Tout d'abord, l'investissement du FIFF'OFF dans un nouveau lieu, complémentaire aux structures existantes :  « La NEF, espace culturel d'Harscamp », l'ancienne église Notre-Dame d'Harscamp, désacralisée en 2004.

Dans ce nouveau pôle culturel insolite, une pléthore de DJ Sets mettait l'ambiance chaque soir. Nous avons donc notamment eu le plaisir d'aller danser sur le carrelage, au milieu des lumières violettes au rythme des sons sélectionnés par DJ Gaz & MC Ginette, mettant à l'honneur une playlist de voix féminines.

Le FIFF'OFF, organisé depuis 2020,  offrait également des temps plus calmes pour se détendre, papoter et se rencontrer entre et après les séances, notamment autour d'un bar. Le public a également pu y rencontrer des réalisateur·rice·s, acteur·rice·s, scénaristes, musicien·ne·s rencontres, des projections-événements, ...

Autre nouveauté, le rooftop du Delta investi par Solidaris et La maison des jeunes de Saint-Servais. Un lieu de détente, de rencontre, de création et d'expression, essentiellement à destination des jeunes. La soirée d'inauguration de cet espace « Chill out » programmait notamment des DJ sets, open session, du street soccer (panna), et un espace créatif. 

Le FIFF, c'est également le « FIFF Campus », c'est-à-dire des films, des ateliers et des animations ludiques et éducatives destinés aux élèves, de la maternelle à l'université, qui ont enthousiasmé nos enfants. Lors de la semaine du FIFF, on se voit aussi invités à participer à des ateliers (tels que la découverte des maquillages effets spéciaux), des concerts, et des visites (telles que la découverte d'un plateau de tournage, une balade nature avec Natagora,...). Mais, c'est aussi un encadrement et une communication de qualité dont on a pu bénéficier, ainsi qu'un accueil sympathique offert par le personnel des établissements et les bénévoles.  Un seul regret, ne pas avoir pu y aller tous les jours !

Image
Quizz-avec-2-membres-du-jury-long-1024x683.jpg
Quentin Spitaels

Tu vas kiffer aussi

Granswa - Out the bunker

Granswa - Out the bunker

KIKK festival « Tales of Togetherness »

KIKK festival « Tales of Togetherness »

Dresscode nous offre un EP paradoxe qui mêle lumière et ombre.

Dresscode nous offre un EP paradoxe qui mêle lumière et ombre.

La longue nuit de L’Humanité de Benoît Demonty

La longue nuit de L’Humanité de Benoît Demonty

KINGKONG, sur le toit du TRAKK

KINGKONG, sur le toit du TRAKK

Reportage photographique de "La Jungle" le 26 Septembre au Laboratoire

Reportage photographique de "La Jungle" le 26 Septembre au Laboratoire

Leuzevents Festival

Leuzevents Festival

INTIME FESTIVAL - Chapitre 2

INTIME FESTIVAL - Chapitre 2

<strong>A(Terre)issage réussi !</strong>

<strong>A(Terre)issage réussi !</strong>

Les Solidarités, édition 2022

Les Solidarités, édition 2022

INTIME FESTIVAL - Chapitre 1

INTIME FESTIVAL - Chapitre 1

PARC ! 2022 (ou comment bien démarrer et passer 3 jours à La Plante) 

PARC ! 2022 (ou comment bien démarrer et passer 3 jours à La Plante) 

L'envol du "Paon du jour"

L'envol du "Paon du jour"

Peace, Love & Esperanzah!

Peace, Love & Esperanzah!

The Circus We Are

The Circus We Are

JACQUES : Une plongée musicale étonnante et poétique dans l’univers salvateur de Prévert

JACQUES : Une plongée musicale étonnante et poétique dans l’univers salvateur de Prévert